Mise au point collective d'un «texte pour informer» (Octobre 1999)
Le Temple de Lanleff

retour au sommaire du site

Situation géographique de Lanleff
Lanleff se situe en Bretagne, dans le département des Côtes d'Armor, à mi-chemin entre Saint Brieuc et Tréguier, aux environs de Paimpol. Lanleff est une commune de 108 habitants dans laquelle il n'y a plus de commerces depuis peu, le dernier ayant fermé ses portes au printemps de cette année. Par contre en été, la population et la circulation sont plus denses. En effet, les touristes abondent pour voir la curiosité du village : le temple. Il se situe derrière l'église et le cimetière.

 

Description

du temple

Le temple de Lanleff a été construit à la fin du XI ème siècle et a été terminé au début du XII ème siècle. On pense que ce temple a été construit par les Templiers. Ce temple était l'ancienne église de Lanleff. Cet édifice de forme circulaire comporte deux murs qui ont le même centre. Le mur du milieu s'ouvre sur l'extérieur avec seize arcades et douze piliers. Sur les piliers, on peut distinguer des dessins géométriques, des visages humains ou encore d'animaux. Entre le mur intérieur et le mur extérieur, il existe un passage où l'on peut marcher et courir. Une croix monolithe comportant des inscriptions en latin a été retrouvée dans un champ et a été déposée en 1930 dans le temple, sur le mur extérieur. Ce monument, de style roman a été classé « monument historique » le 1er mars 1838. Le temple est le plus ancien monument des Côtes d'Armor. Il aurait été construit à l'imitation de la rotonde du Saint Sépulcre de Jérusalem (Israël). Il existe également à Newport (USA) une tour circulaire en ruine, d'origine inconnue, qui ressemble étrangement à l'enceinte intérieure du temple de Lanleff.


Origine et histoire
Faute de documents, l'origine de cet édifice a été très controversée (c'est à dire que personne ne semble d'accord). Mais aujourd'hui, la plupart des archéologues admettent l'origine palestinienne (Israël) de son architecture. Quelques opinions méritent notre attention : certains pensent que c'est un temple romain, d'autres pensent plutôt qu'il s'agit d'un temple gaulois consacré au culte du Soleil. D'autres encore estiment que ce sont des druides qui l'ont bâti, que c'est un temple mérovingien (481-511) , que c'est un temple carolingien (511-814), que c'est un seigneur de retour de la Terre sainte lors de la première croisade ou un hospitalier de St Jean de Jérusalem qui l'a construit, d'autres enfin pensent que ce sont les Templiers qui l'ont érigé.

Cependant, nous savons qu'au XI ème siècle, Trihan, Sire de Châtelaudren, a fait don du sanctuaire Sainte Marie de Lanleff au monastère bénédictin Saint-Magloire de Léhon (près de Dinan).

En 1735, le marquis de Robien, archéologue, dessine le plan et l'élévation de la rotonde de Lanleff. Les murs semblent en bon état mais le temple n'a déjà plus de toit; en effet, au centre pousse un if dont les branches commencent à recouvrir les murs. En Bretagne, on voit des ifs dans un grand nombre de cimetières. L'intérieur du temple a longtemps servi de cimetière au village de Lanleff.

Vers 1810, on note qu'un if très vieux et très élevé recouvre tout l'édifice de ses vastes branches et qu'il ne reste que les 2/3 de l'enceinte extérieure.

En 1855, l'église adossée au temple, devenue trop petite, est démolie. Les pierres de ses murailles et le bois de l'if ont servi à la construction de la nouvelle église au milieu du village de Lanleff .

Les

légendes

Une des légendes raconte qu'une vieille et cruelle sorcière habitait naguère dans le temple. Elle possèdait un paon qui vivait dans l'if au milieu du temple et qui poussait des cris terrifiants. La sorcière avait eu un enfant et un soir, elle décida de le vendre au diable contre des pièces d'or. Le marché fut conclu sur une pierre de la fontaine qui se trouve près du lavoir. Au moment où la sorcière voulut saisir les pièces, elle se brûla car ces pièces se mirent à brûler des feux de l'enfer. La sorcière, si cruellement brûlée les rejeta à l'eau et le diable partit avec l'enfant.

Il suffit de mouiller la margelle de la fontaine pour voir apparaître, encore aujourd'hui, l'empreinte de ces pièces; il y en a quatorze sur la margelle et deux sur le mur.

D'autres légendes parlent plutôt d'une pauvre femme qui voulait vendre son enfant au diable, de malfaiteurs qui parcouraient le pays pour acheter les enfants et d'un père infâme qui leur vendit les siens. Les empreintes seraient les traces sanglantes des pièces. Depuis, nul lavage n'a eu le pouvoir de faire disparaître les traces vengeresses.

Les CM1 - CM2 de l'école publique Albert Camus - M. Méloux - Pléhedel - 22

Lexique
Quelques mots difficiles :

les Templiers : ordre religieux et militaire créé au début du XII ème siècle pour protéger les pèlerins en Terre sainte.

monolithe : formé d'une seule pierre, d'un seul bloc.

le style roman : style d'architecture (répandu en Europe occidentale aux XIème et XIIème siècles avant l'apparition du style gothique) caractérisé par des voûtes en berceau, des chapiteaux sculptés, des piliers, peu de fenêtres et donc peu de lumière et des statues naïves.